La Maison d’enfants à caractère social (MECS)

La Maison d’enfants à caractère social (MECS) de l’Espérance est un établissement social qui est habilité par le Conseil Général de la Martinique pour accueillir 90 garçons, âgés de 6 à 21 ans.
La MECS de l’Espérance dispose de 6 unités de 10 à 13  places et d’une unité de 5 places.
Le pôle administratif et de direction de l’établissement, l’infirmerie, la villa week-end, l’atelier éducatif se trouvent sur le site.

MECS

Quel financement ?

La MECS de l’Espérance est principalement financée par le Conseil Général de la Martinique. En tant que Maison d’enfants à caractère Social (MECS), elle reçoit une dotation globale versée mensuellement pour les jeunes placés par les services de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) du Conseil Général.

Les équipes :

Les équipes sont composées d’éducateurs spécialisés, de moniteurs éducateurs, de maîtresse de maison et de surveillant de nuit. La MECS bénéficie aussi des services d’une psychologue, d’une infirmière, d’une assistante sociale et du support de l’équipe administrative de l’Espérance.

Le parcours personnalisé du jeune (PJJ)

Dès son arrivée, ou très rapidement dans les jours qui suivent, un éducateur sera chargé d’accompagner le jeune durant son placement à l’Espérance. Il ou elle sera son éducateur référent. C’est lui qui rencontrera les parents du jeune pour faire le point sur son évolution et voir avec eux les décisions importantes, vérifier la mise en place des objectifs fixés dans le contrat d’accueil…

L’éducateur référent rencontre également son professeur principal afin de veiller au bon déroulement de sa scolarité et de fixer ou ajuster des objectifs de travail et/ou de comportement. L’éducateur référent est chargé d’écrire les rapports et notes de situation concernant le jeune. Chaque année, une réunion de suivi de son parcours personnalisé est organisée afin de faire le point sur son projet et de fixer de nouveaux objectifs de travail. Tout au long de l’année, lors des réunions d’équipes, les éducateurs feront le point sur la situation de chaque jeune.

L’établissement informe par écrit les services de l’Aide Sociale à l’Enfance de l’évolution de la situation et plus globalement de tout ce qui  concerne le jeune.